Se prémunir de la pollution urbaine lorsqu’on fait du vélo

Faire du vélo est très bénéfique. Tant sur le plan physique que sur le plan mental, des bienfaits importants sont dénotés. Cependant, il est nécessaire de se protéger afin de ne pas ramasser des microbes en s’adonnant à cette activité pourtant si bénéfique.

Faire du vélo : une décision à risques ?

Dans tous les pays du monde, les bienfaits du vélo pour l’organisme ne passent pas inaperçus. On comprend donc aisément pourquoi dans certains pays, la grande majorité des citoyens opte pour ce moyen de déplacement. D’abord, faire du vélo permet de travailler les muscles du bas du corps avec efficacité. Ces derniers se renforcent, favorisant une prise de masse musculaire importante.
Outre cet aspect, faire du vélo, comme toute activité sportive, favorise la sécrétion de l’hormone du bonheur. Une sensation de bonheur intense est donc obtenue, laquelle lutte efficacement contre les soucis et le stress.
Toutefois, même si faire du vélo présente des avantages, cette activité n’est pas dépourvue d’inconvénients. En effet, contrairement aux voitures qui ont des carrosseries favorisant la protection, le vélo expose le cycliste aux polluants de l’environnement. On peut donc facilement ramasser des bactéries sans le savoir et par la suite, tomber malade.

Une solution efficace pour contrer la pollution urbaine à vélo

On ne peut interdire aux humains de faire du vélo même si cette habitude expose souvent leur santé. Pour cela, une solution de taille est proposée. Il s’agit du masque anti pollution cycliste. Ce masque est en effet un dispositif constitué de fibres électrostatiques dont la mission est de réduire au maximum le risque de pollution à vélo. Il recouvre tout le bas du visage du cycliste, lui permettant de circuler sans crainte.
Ainsi, les microbes n’arrivent plus à entrer facilement en contact avec l’organisme interne du cycliste car ils prennent généralement par les narines ou la bouche. Les mauvaises odeurs pouvant émaner de l’environnement sont elles aussi contournées. Le cycliste pourra donc circuler en bonne santé, sans craindre d’être contaminé. Il est tout de même important de préciser que l’efficacité du masque anti pollution dépend de la matière utilisée pour sa fabrication.